Leader de l'amincissement naturel en France

Centre Minceur - THERAFORM

Saint Raphaël

Theraform, 20 ans d'expériences
Le 23 juillet, 2015 | Actualités du Centre

Parution dans Rebelle Santé Magazine

Rebelle Santé


N° Juillet – Août 2015


Tout a commencé avec Cathy, qui tient un petit restaurant à 4 km de Donnemarie… On l’a vue fondre… Puis c’est au bureau qu’on a constaté les effets de cette méthode, avec Agnès Je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me renseigne…

Ici , à Rebelle-Santé, nous sommes confrontées (je mets au féminin parce que, quand même, il y a beaucoup plus de femmes que d’hommes au journal !) aux mêmes soucis que vous… Ce n’est pas parce qu’on détient de nombreuses informations sur la santé que nous sommes protégées de tout. Et concernant le poids, on peut dire qu’on est logées à la même enseigne que tout le monde.

Des régimes incohérents

Parmi nous, certaines luttent depuis pas mal de temps pour garder ou retrouver leur poids de forme, Et, en 2010, quand la grande mode de Dukan a gagné le pays, certaines n’ont pas résisté… Agnès, Marielle, Julie… Elles ont toutes fondu avec ce régime dangereux et déséquilibré (on peut dire que ça me faisait râler) et elles ont toutes repris bien plus de poids qu’elles n’en avaient perdu ! Et depuis, aucun miracle à l’horizon, jusqu’à cet hiver.

27 kilos de moins

On ne va pas au restaurant si souvent que ça, du coup, on n’a pas vu Cathy fondre… Mais un jour, en allant déjeuner de notre salade préférée aux « Sarrasins », à Cessoy, je suis restée sans voix devant la nouvelle ligne de la patronne, Cathy. Elle rayon- nait de bonheur avec sa nouvelle taille de guêpe, elle avait perdu 27 kilos en quelques mois. le lui ai demandé ce qu’elle avait fait pour cela et elle m’a parlé de son aven- ture avec son amie Sylvie, d’une méthode géniale qu’elles avaient découverte ensemble. C’est à cette même époque qu’Agnès, responsable des abonnements au journal,a rencontré Sylvie (qu’elle connaît aussi) dans notre supermarché local. Comme Cathy, Sylvie aussi avait fondu : pleine forme et 24 kilos de moins… En discutant un peu, Sylvie a expliqué à Agnès que la méthode l’avait tellement convaincue qu’elle avait décidé d’en faire profiter les autres et de suivre une formation. Et d’ouvrir un centre d’amincissement à Provins, près de chez nous. Agnès a pris rendez-vous avec Sylvie.

Agnès et Marine

Aussitôt dit, aussitôt fait, Agnès a décidé de tenter l’aventure (et sa fille, Marine, qui avait une dizaine de kilos superflus, s’est lancée avec sa maman !). Nous, au bureau, on l’a regardée mincir… Et je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me renseigne sur cette méthode. Du coup, Agnès, qui fait toujours deux séances par semaine, m’a emmenée voir Sylvie.

Un parcours étonnant

J’ai profité de la séance d’Agnès pour interviewer Sylvie. Pour elle, l’aventure avec la plastithérapie® a commencé le 11 juin 2014. Et son amincissement, stabilisation comprise, a duré jusqu’à fin novembre 2014. C’est son amie Cathy qui l’a entraînée. ll faut dire que c’est aussi Cathy qui, jusque-là, l’avait convaincue de suivre tous les régimes possibles et imaginables. Les boîtes hyperprotéinées, la soupe au chou, les consultations chez une diététicienne, le sport, la micronutrition et, apothéose, le régime Dukan en 2010. A cette époque, Sylvie avait beaucoup grossi à la suite d’une opération et d’une ménopause précoce. Cathy était dans le même cas. Et elles ont beaucoup minci, mais de manière très éphémère. Sylvie a perdu 10 kg… Puis en a repris 22… Elle était en très net surpoids lorsque Cathy l’a tannée pour tenter une nouvelle expérience. Après tous leurs échecs, elle n’avait plus envie d’essayer quoi que ce soit. Pour la convaincre, Cathy lui a parlé d’un de leurs amis communs, gourmand et bringueur, qui avait réussi à bien maigrir. Et elles se sont dit que si lui y était arrivé, elles pourraient le faire aussi. Quand Sylvie a aperçu la « base alimentaire » du régime à suivre avec la plastithérapie, elle a pensé que jamais elle ne pourrait y arriver. Plus de blé, plus de produits laitiers, plus de féculents ni de sucre, même pas de sucrettes… Mais Cathy, avec son énergie légendaire, l’a décidée malgré tout et elles ont toutes deux suivi un programme en se rendant trois fois par semaine d’abord, puis deux, à une heure de route de chez elles. Un mois seulement après le début des séances, Sylvie prenait rendez- vous avec la cofondatrice de Theraform (la société qui a mis au point la plastithérapie) pour suivre la formation et devenir elle-même praticienne.

Comment ça marche ?

La méthode est basée sur l’association de stimulations corporelles et d’un régime alimentaire simple, mais strict qui, contrairement aux hyperprotéinés et autres dissociés, fait la part belle aux fibres, les légumes étant même les aliments les plus représentés. Dans la mesure où, parmi aliments que l’on évite pendant cette cure figurent le blé et les produits laitiers, il n’est pas étonnant que de nombreux troubles (digestifs, mais pas seulement) disparaissent naturellement en même temps que les kilos superflus. Dans la « base alimentaire », les aliments sont classés et combinés selon un schéma simple. Et c’est vrai qu’à la vue de cette liste, on se demande bien comment suivre ce régime sans frustration… C’est là qu’intervient tout l’intérêt de la méthode : le praticien se sert de la réflexologie pour, à la fois, agir sur la faim, les addictions, le stress, les éventuels problèmes digestifs et pour accélérer l’élimination.

Une séance type

On commence la séance en se pesant, en sous-vêtements. Puis la personne se tient debout les bras le long du corps, mains tendues, et la praticienne ou le praticien note d’un point la zone de la cuisse située au bout du majeur (c’est un point qui active le drainage de la culotte de cheval !). Puis la personne s’allonge sur le clos. Après quelques massages relaxants du visage, la ou le plastithérapeute prend un stylet spécial pour solliciter certains points précis, partout sur le corps, choisis de manière individualisée en fonction des besoins de la personne qui est en cours d’amincissement, de la localisation de son surpoids, de son stress ou non, de sa digestion… Et il tourne le stylet dans un sens ou dans l’autre, selon les points. Ensuite, il ou elle pratique des massages spécifiques qui renforcent la sangle abdominale, puis d’autres, sur le dos, pour chasser les tensions… Pour Sylvie, qui a vraiment trouvé sa voie avec cette méthode, « ce qui explique de tels résultats, c’est que les points aident à supporter le régime et à relancer l’élimination et le métabolisme ».

Et après ?

On a l’habitude des régimes efficaces suivis sans tarder d’un bel effet rebond. Je pense que c’est aussi pour ça que je ne me suis pas d’emblée intéressée à la technique quand j’ai vu Cathy toute mince… Mais, plus de 6 mois après la fin de la cure, Cathy est toujours aussi fine et en forme, Sylvie aussi… Et quand on demande quelques explications à Sylvie, elle vous dit que, depuis qu’elle a minci avec cette méthode, ses goûts on évolué naturellement. « Avant j’avais envie de pâtes tout le temps. Aujourd’hui, je ne m’interdis rien, mais j’ai envie de pâtes une fois de temps en temps, et je ne peux plus me passer de légumes… je mange mieux, équilibré, avec plaisir, et sans grossir. »

Sophie Lacoste